Fermer

GBIF Suisse

Global Biodiversity Information Facility Switzerland

L'initiative GBIF.ch vise à répondre aux engagements pris par la Suisse par la ratification du Memorandum of Understanding. Son objectif est simple, mais ambitieux: à terme, relevé de tous les spécimens des collections botaniques, paléontologiques et zoologiques des musées, conservatoires et jardins botaniques suisses, compilation de toutes les observations des Banques de données faunistiques, floristiques et cryptogamiques nationales et mise à disposition de l’ensemble de ces informations sur le web par le biais d’une plateforme unique, le nœud GBIF suisse.

Les travaux de l’initiative GBIF.ch sont accompagnés par une commission scientifique formée de représentants des institutions partenaires du Réseau suisse d’informations sur la biodiversité.

La concrétisation de l'initiative GBIF.ch a impliqué la définition, la réalisation et le suivi de projets de relevés et d'encodage d'informations muséales, leur homogénéisation, leur enrichissement et leur diffusion dans le réseau mondial. Jusqu'en 2011, seize projets ont été menés à bien.

Etapes importantes

2013. Mise en œuvre des lignes directrices agréées par Info Species et l'OFEV concernant la propriété, la diffusion et l’utilisation des données d’observation. Mise en place de l’infrastructure assurant un flux de données coordonné entre institutions muséales et centres nationaux de données. Utilisation de l’architecture GBIF Suisse pour connecter Info Species à l’interface DNL (Centre de données nature et paysage, WSL), service à la disposition des cantons et de la Confédération. Préparation de l’intégration des données Info Species sur GBIF. Introduction d’identifiants univoques joints aux spécimens.

2012. Documentation précise de l’infrastructure informatique réalisée. Rédaction de recommandations pour la saisie visant à assurer une transcription de haute qualité des informations disponibles concernant l’origine géographique, le légataire et l’identification des spécimens considérés. Multiplication des points d'accès et inscription des institutions suisses comme data publisher dans le réseau international. Elaboration d'un concept pour le flux de données GBIF Suisse - Centres nationaux de données. Début de collaboration avec le projet Swiss Barcode of Life. Présentation des activités suisses au EU NODES Meeting à Berlin.

2011. Les directeurs de 24 institutions muséales (musées d’histoire naturelle, conservatoires et jardins botaniques) et de l’ensemble des banques de données nationales soutiennent l’initiative GBIF Suisse et s’engagent à participer activement au Réseau suisse d’informations sur la biodiversité. Fin décembre la première version du portail suisse d’interrogation de données est ouvert. Le nœud s’implique dans l’évaluation et l’amélioration des routines d’indexation de GBIF international.

2010. Rédaction du document stratégique « SwissColl 2030. Révision scientifique et relevé des collections suisses d’histoire naturelle, un projet fédérateur du Réseau suisse d’informations sur la biodiversité » et envoi de ce document aux directeurs de l’ensemble des institutions muséales et banques de données faunistiques, floristiques et cryptogamiques du pays afin d’obtenir leur adhésion au projet. Géoréférençage standardisé des données compilées dans les projets GBIF suisses et premiers retours de jeux de données dans les systèmes locaux des institutions dépositaires des collections concernées. Mise à niveau des listes faunistiques suisses avec la Pan European Species Directory Infrastructure PESI.

2009. Cinq nouveaux projets d’encodage de données muséales financés par l’initiative GBIF.ch sont lancés. La taxonomie d’ordre supérieur retenue par le nœud suisse est harmonisée avec celle du Catalogue of Life. Sur décision de la commission  GBIF suisse les conditions préalables à l’intégration des données générées par les projets et des entrées qui leur sont associées (relations hôte-parasite, divers éléments de mêmes échantillons) sont remplies. Le nœud suisse participe au «GBIF Regional Nodes Meeting» à Copenhague du 16 au 18 octobre.

2008. Avec la publication de près de 400'000 entrées issues de cinq institutions le développement de la première version de la BdD GBIF.ch s’achève avec succès ; les routines de contrôle de la cohérence et de validation des données sont définies et documentées et le contenu des thesaurus implémenté afin d’assurer la qualité des données.

2007. Présentation d’un premier prototype de portail d’interrogation GBIF.ch à la Commission scientifique. L’infrastructure de publication des données est ajustée aux directives de publication des géodonnées de la Confédération et des Banques de données nationales. Cela donne la possibilité d’intégrer toutes les données de ces dernières dans le réseau GBIF. Le système est implémenté afin d’associer une description standard de la source de chaque entrée. Participation du nœud suisse au symposium « Demystifying data sensitivity to increase data provision » organisé par GBIF international en marge du GBIF.org Governing Board Meetings à Amsterdam les 14 et 15 octobre. Le nœud suisse prend part et présente ses activités au cours de la journée annuelle des Conservateurs depuis 2007.

2006. Les premières données suisses sont intégrées dans le réseau mondial : en mai un lot de données du Conservatoire et jardin botanique de la Ville de Genève et en novembre un lot de données malacologiques du Musée d’histoire naturelle de Berne. Implémentation d’un thésaurus hiérarchique et multilingue pour la normalisation de concepts clés. La publication d’images est rendue possible. Organisation d’une journée d’information au Musée d’histoire naturelle de Berne.

2005. Le portail GBIF.ch est ouvert. Définition d'un concept de sauvegarde des données. La commission scientifique valide le choix d’ABCD comme schéma de structuration des données. Définition du schéma des métadonnées et connexion au réseau international. Sept nouveaux projets d’encodage de données muséales financés par l’initiative GBIF.ch sont lancés.

2004. Le 28 janvier près de 50 personnes (dont 36 conservateurs et conservatrices d'herbiers et de collections zoologiques suisses) participent à la première journée d'information sur le projet GBIF suisse au Musée d'histoire naturelle à Berne. Une commission scientifique, issue du groupe de travail GBIF de l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) est constituée afin d'accompagner le développement de l’initiative nationale. Les quatre premiers projets d’encodage de données muséales financés par l’initiative GBIF.ch sont lancés.

2003. L'Office fédéral de l’environnement (OFEV) reprend l'organisation de la participation Suisse à GBIF. Il charge le Centre suisse de cartographie de la faune (CSCF) de mettre en place le 'Participant Node' national et d'organiser ainsi l'intégration des données suisses dans le réseau mondial.

2001. La Suisse, par l'intermédiaire de la direction de l'Office Fédéral de l'Education et de la Science (aujourd’hui Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche) ratifie le MoU au titre de membre associé de GBIF.